Si nous ne modifions pas, en le précisant, notre discours d’expression mondialiste, je crains que les citoyens du monde ne risquent de perdre leur plus utile bataille militante: celle de la  » mondialisation ».

Mondialisation = pratique du mondialisme…. Et pour certains d’entre nous, mondialisation = nationalisation à l’échelon mondial des ressources vitales pour l’Homme et la protection de l’Humanité….

Alors que depuis 1948 et jusqu’aux années 1990 nous étions à peu près les seuls à employer les termes « mondialisme » et « mondialisation », le mot  » mondialisation » est aujourd’hui couramment employé.
Ce terme fleurit journellement dans nos radios, télévisions et journaux, et fait l’objet de bien des commentaires et critiques de toutes sortes,
apparaissant souvent comme l’état « inéluctable » des échanges
économiques mondiaux soumis au libéralisme le plus absolu.
Pour beaucoup, la mondialisation c’est la mise en compétition, en
concurrence sans aucune entrave, des différentes économies nationales des pays de la planète.
Read More…

Couverture du livre : Le prodigieux pouvoir des citoyens du monde Une nouvelle édition du livre «Le prodigieux pouvoir des citoyens du monde» d’Olivier d’Argenlieu vient de sortir, avec une préface de Boutros Boutros-Ghali et, sur la 4ème page de couverture», un commentaire très élogieux d’Edgar Morin.

Précisons pour dissiper d’éventuels malentendus que M. d’Argenlieu ne connait personnellement ni l’ancien secrétaire général des Nations unies ni l’éminent sociologue et philosophe français ( par ailleurs membre, de longue date, de notre Comité de Soutien). Ce qui donne encore plus de poids à leurs propos et confirme la qualité de cet ouvrage.
Read More…

Il y a longtemps que les mondialistes sont préoccupés par la situation de l’Océan mondial. En septembre 1973, c’est-à-dire avant même la rédaction de la Charte des Océans, le Congrès des Peuples avait déjà publié une Déclaration à ce sujet. C’était à l’occasion d’un débat sur le Droit de la mer dans le cadre de l’Assemblée Générale des Nations unies.

Comme DÉLÉGUÉS ÉLUS au CONGRÈS DES PEUPLES, directement et démocratiquement, par un corps électoral transnational réparti dans 110 pays,
Read More…

  • Les 3 personnes les plus riches du monde ont une fortune supérieure au PIB total des 48 pays les plus pauvres.
  • Le patrimoine des 15 individus les plus fortunés dépasse le PIB de toute l’Afrique subtropicale.
  • Les avoirs des 84 personnes les plus riches surpassent le PIB de la Chine avec son 1,2 milliard d’habitants.

Read More…

C’est une banalité de dire que, depuis les accords d’Oslo, en 1993, les négociations entre Israéliens et Palestiniens piétinent dramatiquement. Pour ne pas dire qu’elles sont en net recul par rapport à la poignée de main historique entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, cette même année 1993. Un recul dangereusement désespérant. On le pressentait et on en a, hélas, la confirmation, rien de positif ne pouvait sortir du face à face entre Israéliens et Palestiniens, que ce soit à Gaza, en Cisjordanie ou autour d’une table de négociation. Que du négatif même ne pouvait en sortir si l’on songe au grignotage permanent du territoire palestinien par les colons israéliens et la construction par Israël du mur dit « de sécurité » à l’intérieur même de ce territoire.
Read More…

« Si, actuellement, les nucléocrates se préoccupent un peu – bien trop peu d’ailleurs – du coût financier, pour nous les vivants d’aujourd’hui, de la gestion et du stockage des déchets nucléaires, ils ne voient jamais plus loin que le bout de leur nez. Ils se contentent de mettre la poussière sous le tapis. Extrêmement rares sont ceux qui se soucient de faire savoir aux lointaines générations futures qu’il y aura de la poussière sous le tapis.
Read More…

paradisfiscalS’il est un domaine où la notion de nation a été dépassée au profit (si l’on ose dire…) de la mondialisation, c’est bien celui de la finance.
Nous, Citoyens du Monde, serions bien avisés d’accorder autant d’attention à l’économie et à la finance qu’à l’environnement, car l’un est le pendant de l’autre. À George Bush senior, poussé dans ses retranchements par un Bill Clinton pugnace lors d’un débat dans le cadre de la campagne électorale américaine de 1992, ledit Bill avait fini par porter l’estocade avec un définitif « that’s the economy, stupid ! » (l’économie, idiot !). On peut effectivement plus que soupçonner une relation de cause à effet entre les désastres écologiques et humanitaires d’un côté, et les prédateurs de la finance de l’autre. Voir, à titre d’exemples, la déréglementation des transports maritimes ou la spéculation sur les produits alimentaires, pour s’en tenir là.

Un Citoyen du Monde conséquent se doit d’être aussi attentif au monde « fantastique » de la finance (dette, paradis fiscaux, taxes sur les transactions financières…), qu’à une Charte pour les océans ou aux dangers du nucléaire, car les limites du monde physique sont presque atteintes tandis que la finance fait tout pour repousser ces limites en ruinant l’économie réelle dans la spéculation, la casse sociale, les désastres environnementaux et une virtualité mortifère sur laquelle les pouvoirs et les citoyens n’ont que peu de prise.
Read More…

Comme vous le savez, la carte de citoyen du monde coûte 15 euros à la personne qui en fait la demande. Si, en France et dans la plupart des pays européens, ce prix est raisonnable, il est, selon nous, beaucoup trop élevé pour de nombreux pays, notamment ceux du Sud.

En effet, quand nous recevons, par exemple, la demande de carte d’un instituteur malien ou d’un agriculteur camerounais , il est extrêmement gênant de leur demander la même somme qu’à leurs homologues français. Idem, bien sûr, si la demande de carte ne transite pas par la France mais est faite directement auprès d’un Centre national d’enregistrement d’Afrique.
Read More…

Gilles ARTIGUES, conseiller général de la Loire

Christian BEAULAT, vice-président de la Communauté des communes de la Plaine Dijonnaise (Côte d’Or)

Jacques COTEL, maire de Breteuil (Oise)

Roland COURTEAU, sénateur de l’Aude

Michèle DELAUNAY, député de la Gironde

Brigitte BERGERON, conseillère municipale de Cavaillon (Vaucluse)
Read More…

Les eaux de l’Antarctique sont infestées de millions de fragments de plastiques. Chaque kilomètre carré contiendrait de 1000 à 42000 morceaux, qui pourraient provenir en partie des lavages de textiles synthétiques.